Rechercher sur le site
Réseaux sociaux

Recevez une notification Facebook lors de nouvelles parutions d'articles sur Sécurité101 en "aimant" ma page Facebook!

Twitter

Pourquoi 101 ?

Wikipedia : Dans le vocabulaire anglo-saxon familier, une façon de désigner la base fondamentale à savoir sur un sujet donné, équivalente au "B-A-ba"

Au Québec l'utilisation du chiffre 101 pour parler de la base d'un domaine est plus répandue qu'en France.

Le chiffre vient des numéros de cours. Par exemple on commence par "Chimie 101" avant le cours suivant, "Chimie 201".

Sélectionnez la catégorie "101" pour voir mes publications d'information de base, et "201" pour des sujets plus avancés s'adressant aux professionnels de l'informatique.

Puissance Maximale

Je suis collaborateur pour l'émission Puissance Maximale sur les ondes de CJMD FM 96.9 à Lévis.

Voici comment ils se définissent:

Puissance Maximale est un collectif médiatique bénévole qui diffuse une émission de radio hebdomadaire. Nous couvrons les jeux de société, les jeux de cartes, les jeux de rôle, les jeux vidéo, les grandeurs nature et bien d'autres.

Même si la sécurité informatique n'est pas le sujet principal, ma chronique mensuelle s'adresse au même public "geek".

L'émission est très originale tant par le contenu que par le choix musical décalé. Ils n'ont pas peur de sortir des sentiers battus!

Catégories

Entries in France (2)

vendredi
juil.202012

Rapport sur la cyber-défense francaise : Routeurs chinois interdits

Le sénateur francais Jean-Marie Bockel, a déposé hier un rapport d'information sur la cyber-défense, commandé par la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées et dont j'ai discuté lors de mon précédent article sur les cyberattaques sur l'Élysée.


Photo : http://www.flickr.com/photos/besoindair/

La grande surprise, selon moi, est l'interdiction des routeurs de fabrication chinoise dans les endroits critiques des réseaux du gouvernement. Les routeurs des constructeurs Huawei et ZTE sont dans la mire du sénateur.

Il  a aussi constaté un certain retard de la France dans sa préparation aux dangers de cyber-guerre par rapport à l'Allemagne ou au Royaume-Uni par exemple.

Il souhaite la création d'un groupe d'intervention rapide pour réagir à des attaques dans des organismes gouvernementaux, ou agir directement chez les opérateurs internet pour protéger les actifs gouvernementaux ou le public. Il pourrait aussi être déployé dans des pays alliés moins bien préparés.

De plus, le sénateur Bockel demande une intégration nationale dans l'effort de cyber-défense, qui passe par la création d'un réseau interministériel sécurisé. Celui-ci permettra au gouvernement de continuer de fonctionner normalement en cas de dysfonctionnement grave d'Internet.

L'intégration devrait aussi se faire au niveau européen, ainsi qu'avec le secteur privé.

C'est donc un programme ambitieux et j'espère qu'il ne sera pas oublié dans un classeur... Je suis tout de même optimiste sur la réception de ce rapport par le gouvernement car le sujet est brûlant et les gens en dehors de la profession commencent eux aussi à réaliser l'ampleur du problème.

Pour les curieux, voici l'intégralité du rapport du sénateur Bockel :

LA CYBERDÉFENSE : UN ENJEU MONDIAL, UNE PRIORITÉ NATIONALE

jeudi
juil.122012

Cyberattaques sur l'Élysée : Une confirmée, une soupçonnée

Le Télégramme de Brest écrivait hier que deux cyberattaques auraient eu lieu avec pour cible le Palais de l'Élysée, dont la dernière entre la victoire de François Hollande aux élections (le 6 mai dernier) et son investiture officielle (le 15 mai). Le nettoyage du réseau aurait duré trois jours.


Image : FreeDigitalPhotos.net

En réaction à cette nouvelle, une source à l'Élysée aurait confirmé une seule attaque, "plusieurs mois" avant l'arrivée de François Hollande à la présidence.

Le Télégramme cite pourtant "plusieurs sources" et déclare que cette attaque a été gardée secrète pour éviter d'inquiéter la population sur la sécurité des réseaux du gouvernement. Ce genre de raison m'inquiète encore plus, car ça donne l'impression que les responsables de ces réseaux n'ont pas confiance en leur sécurité.

Aucune information sur les techniques employées pour compromettre le réseau de l'Élysée n'est disponible pour l'instant.

Les services secrets chinois sont sur la liste des suspects, bien que la source d'une attaque est facile à maquiller.

Un rapport de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées devrait être publié la semaine prochaine sur la cyber-défense de l'État francais. Le sénateur Jean-Marie Bockel, en charge de ce rapport, a toutefois déjà déclaré que les systèmes ne sont pas aussi étanches qu'ils le devraient, et qu'il y a un manque de coordination entre les ministères.